Mort d'Albert Ebossé, joueur de la JSK en Algérie: une enquête est ouverte - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Mort d'Albert Ebossé, joueur de la JSK en Algérie: une enquête est ouverte

media Le joueur camerounais Albert Ebossé, est mort en Algérie, après avoir reçu un projectile au cours d'un match, le 23 août 2014. DR/Facebook

L'attaquant camerounais de la JSK, Albert Ebossé, est mort hier samedi. Son équipe jouait à domicile, à Tizi Ouzou, contre l'USM Alger. Il a succombé à ses blessures après avoir été blessé à la tête par un projectile lancé des tribunes. Il semble qu'il s'agisse d'un geste de colère des supporters.
 

L’équipe de la JSK (la Jeunesse sportive de Kabylie) venait de perdre le match, 2-1 contre l’USMA d’Alger. Les supporters de Tizi Ouzou, en colère après cette défaite, se sont mis à lancer des projectiles sur leur équipe, qui tentait de regagner les vestiaires en courant.

C'est un accident tragique. On commence à perdre la culture de la défaite.
Abdelhakim Serrar, président du club de l'Entente de Sétif 24/08/2014 - par Antoine Cavaillé-Roux Écouter

Plusieurs joueurs ont été blessés mais Albert Ebossé, qui avait marqué l'unique but de son équipe, a reçu lui un projectile à la tête. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital de Tizi Ouzou, à proximité du stade. Mais il était déjà en arrêt cardiaque à son arrivée selon les services de réanimation. 

Ce dimanche matin, les Algériens qui ont entendu la nouvelle sont nombreux à être choqués par ce déchaînement de violence qui entraîne la mort d'un joueur étranger, mais aussi par l’absurdité de la situation.

L’attaquant camerounais, âgé de 24 ans, avait été élu meilleur buteur du championnat l’année dernière. « Les supporters de la JSK ont tué leur joueur préféré » : c'est par ces mots qu'un journaliste résume le drame. Une enquête judiciaire a été ouverte mais déjà, on pointe du doigt la Fédération algérienne de football qui ne parvient pas à lutter contre la violence des supporters.

Le président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou, a souhaité des « sanctions exemplaires » contre cet « acte grave de violence » rappelant que la violence n'a pas de place dans le football africain.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.