Seydou Keita: «C’est inacceptable qu’un autre homme me crache dessus» - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Seydou Keita: «C’est inacceptable qu’un autre homme me crache dessus»

media Seydou Keita lors de la Coupe d'Afrique des Nations en 2013 en Afrique du Sud. AFP PHOTO / BEN STANSALL

En exclusivité pour RFI, l’international malien Seydou Keita est revenu sur son altercation avec le Portugais Pepe. Juste avant la rencontre amicale entre le Real Madrid et l'AS Roma (0-1), mardi 29 juillet, au Cotton Bowl de Dallas (États-Unis), Seydou Keita a refusé de serrer la main à Pepe. Quelques secondes plus tard, Seydou Keita lui jette une bouteille d’eau.

La cause de tout cela, une rencontre disputée en Espagne alors que Seydou Keita jouait à l’époque pour le FC Barcelone. Et selon l’international malien, il avait été « traité de singe » par Pepe. Mardi soir à Dallas, le ton est monté entre les deux joueurs. Mercredi matin, Seydou Keita s'est expliqué dans un premier temps sur cette altercation sur son compte Twitter. « 1. Il me traite de singe à Madrid-Barça, 2. Je ne lui serre pas la main, 3. Il me crache dessus, après je lui lance la bouteille, désolé pour mon attitude », a-t-il écrit.

« Je n'avais pas l'intention de le saluer »

Joint au téléphone par RFI alors qu’il est encore aux États-Unis, Seydou Keita s’est expliqué très calmement sur le différend qui l’oppose à Pepe. Voici sa version des faits : « À l’époque où je jouais à Barcelone, Pepe m’avait traité de " macaco ", c'est-à-dire singe, en me crachant dessus. À partir de ce moment-là, je me suis dit : " ce gars-là ne vaut rien ", raconte Keita. À l’époque, je n’en ai pas parlé publiquement, car cela n’en valait pas la peine. Voilà pourquoi je ne souhaitais pas lui serrer la main avant cette rencontre amicale. J’avais même fait part de mon intention de ne pas le saluer à mon coéquipier Mehdi Benatia. J’ai donc salué tout le monde sauf lui ».

Seydou Keita continue : « Et du coup, il vient derrière moi et me crache dessus. Quand mes partenaires ont vu cela, ils étaient furieux contre lui. À ce moment-là, j’avais une bouteille d’eau et je l’ai lancé sur lui. C’est vrai que j’ai donné une mauvaise image et je m’en excuse. Mais heureusement que nous étions sur un terrain de football, car c’est inacceptable qu’un autre homme me crache dessus. Je ne vois vraiment pas pourquoi j’allais lui serrer la main, car à ses yeux, je ne suis pas un être humain. »

« Je ne dis pas que je suis un saint, mais je respecte les gens »

À la question de savoir si Seydou Keita s’est expliqué avec Pepe à l’issue de la rencontre amicale, l’international malien répond : « Je ne souhaite pas avoir de discussion avec quelqu’un qui ne me considère pas comme un être humain. Son comportement est inadmissible. Au lieu de me demander pourquoi je refuse de lui serrer la main, il préfère me cracher dessus ».

Seydou Keita a commencé sa carrière professionnelle il y a maintenant 15 ans. Et depuis ses débuts, il avoue que c’est le seul joueur qui a réussi à le mettre hors de lui. « Je ne dis pas que je suis un saint. Comme tout le monde, j’ai des défauts. Mais je respecte les gens », tient à préciser le nouveau joueur de l’AS Rome.

Au-delà de cet épisode, on est en droit de se demander si le football est gangréné par le racisme ? « Non, il ne faut pas généraliser », s’empresse de dire Seydou Keita. « Je suis Africain et j’évolue depuis très longtemps en Europe. Et je le dis : " j’ai eu souvent à faire avec des gens merveilleux ". Si de temps en temps il y a eu des petites réflexions pas très gentilles, jamais je n’ai eu à subir un tel comportement. Pour moi, c’est trop. Si certains utilisent le football pour faire et dire n’importe quoi, il faut avouer que c’est une minorité. Je ne veux surtout pas généraliser ».

Malgré cet épisode plus que fâcheux, Seydou Keita, qui se lance dans une nouvelle aventure avec l’AS Rome dit toujours « ressentir du bonheur » à l’idée de jouer au football.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.