Cameroun: Enquête sur des accusations de corruption au Mondial - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Cameroun: Enquête sur des accusations de corruption au Mondial

media Le Camerounais Alexandre Song lors du Mondial 2014. REUTERS/Andres Stapff

Le Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a annoncé l’ouverture d’une enquête sur des faits présumés de corruption concernant sept « Lions indomptables » lors de la Coupe du monde 2014, ce 30 juin à Yaoundé. La Fécafoot réagit ainsi à des allégations de la presse allemande.

 

De notre envoyé spécial au Brésil,

Le football camerounais n’en a pas tout à fait fini avec une Coupe du monde 2014 cauchemardesque. Après un parcours médiocre (3 défaites, 9 buts encaissés, 1 seul marqué), l’image des « Lions indomptables » est cette fois écornée par l’ouverture d’une enquête interne sur la corruption possible de sept joueurs.

En effet, le Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) a annoncé qu’il allait prendre en compte de récentes allégations de la presse allemande. « Nous souhaitons informer le public que, même si nous n’avons pas été contactés par la Fédération internationale (FIFA) dans cette affaire, nos services ont déjà demandé au comité d’éthique d’enquêter sur ces accusations. Nous sommes déterminés à employer tous les moyens nécessaires pour régler dans les meilleurs délais ce sujet perturbant. »

Un parieur singapourien au cœur des allégations

La Fécafoot réagit ainsi à des allégations de Der Spiegel visant notamment le match Cameroun-Croatie (0-4), synonyme d’élimination des « Lions ». La revue allemande a assuré le 27 juin qu’un parieur singapourien (Wilson Raj Perumal, multirécidiviste en matière de corruption dans le football) avait annoncé une défaite 4-0 des Camerounais, ainsi que l’expulsion d’un joueur avant la mi-temps. Or, c’est exactement le score de ce deuxième match du Cameroun en Coupe du monde 2014, avec la sortie d'Alexandre Song avant la pause. Wilson Raj Perumal a accusé sept joueurs d’une sélection camerounaise fantomatique d’avoir vendu leurs trois matches, au Brésil.

De son côté, la FIFA avait reconnu que des risques de corruption pesaient sur la dernière rencontre, face au Brésil (1-4). Un match sans enjeu pour des Camerounais déjà éliminés, mais crucial pour des Brésiliens pas encore qualifiés pour les huitièmes de finale de leur Mondial.

Der Spiegel, tout comme la FIFA, a souligné qu’il n’y avait pas de preuves concernant des faits de corruption durant cette Coupe du monde 2014 de football. Affaire à suivre.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.