Mondial 2014: le Nigeria zappe un entraînement pour des primes? - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

L'Inde annonce avoir mené des «frappes chirurgicales» au Cachemire. «Des équipes de terroristes s'étaient positionnées dans des bases le long de la Ligne de contrôle pour rentrer clandestinement et perpétrer des attaques terroristes (en Inde). L'armée indienne a mené des frappes chirurgicales la nuit dernière» contre ces positions, a déclaré un haut responsable de l'armée indienne à New Delhi. Ces frappes ont fait «un nombre significatif de victimes», selon lui. «Les troupes pakistanaises ont répondu à des tirs indiens non provoqués sur la Ligne de contrôle», a pour sa part indiqué l'armée pakistanaise dans un communiqué, précisant que les échanges de feu ont duré entre 02h30 et 08h00 du matin et ont coûté la vie à deux soldats pakistanais.

Mondial 2014: le Nigeria zappe un entraînement pour des primes?

media Les Nigérians Shola Ameobi et Vincent Enyeama lors d'un entraînement. REUTERS/Edgard Garrido

L’équipe du Nigeria ne s’est pas entraînée ce 26 juin 2014 à Campinas. Selon la presse nigériane, le futur adversaire de la France en Coupe du monde 2014 réclame une prime conforme à sa qualification pour les huitièmes de finale du Mondial 2014 de football.

De notre envoyé spécial à Campinas,

Michael Babatunde a pénétré dans l’hôtel de l’équipe du Nigeria furtivement, sans un mot, vers 21h30. Le milieu de terrain n’avait sans doute pas le cœur à trainer avec son bras dans le plâtre, cassé lors du match face à l’Argentine (2-3). Il souhaitait aussi éviter les questions sur ce qu’il se tramait dans l’antre des « Super Eagles », ce 26 juin 2014 à Campinas.

Que ce soit les journalistes ou des supporters, personne n’a vu d’autre footballeur nigérian, ce jeudi. Les « Super Eagles » ont en effet zappé un entraînement au lendemain de leur qualification pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde 2014. Les champions d’Afrique devaient se rendre à l’Estadio Brinco de ouro da Princesa pour 18 heures. Le bus était prêt à partir de l’hôtel et le dispositif de sécurité était important aux alentours du stade. Mais les joueurs sont restés reclus à l’hôtel Vitoria. « Pour une réunion », précise l’entourage de la sélection nationale.

Selon une partie de la presse nigériane, les joueurs se sont retrouvés dans la chambre du capitaine Joseph Yobo. Leur sujet de conversation : les primes de participation à la Coupe du monde et de qualification pour les huitièmes de finale. Le futur adversaire de l’équipe de France (le 30 juin à Brasilia) réclame une somme en rapport avec ses performances.

Après le Cameroun et le Ghana, ce serait donc au tour du Nigeria d’être perturbé par une affaire de primes. Aucun joueur n’a toutefois confirmé ou infirmé cette assertion. Quant au « media officer » nigérian, Ben Alaiya, il a promis des précisions dans les prochaines heures. Tout en disparaissant à son tour dans l’hôtel Vitoria.

Les « Super Eagles » sont censés s’envoler ce 27 juin en début d’après-midi pour Brasilia, où ils défieront les Français.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.