Georges Leekens: «Remettre la Tunisie sur la carte du foot» - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Georges Leekens: «Remettre la Tunisie sur la carte du foot»

media Le Belge Georges Leekens en 2012. AFP PHOTO / SCANPIX DENMARK / Jens Nørgaard Larsen

Georges Leekens n’a pas beaucoup hésité avant d’accepter le poste de sélectionneur de l’équipe de Tunisie, le 27 mars 2014. Le Belge de 64 ans, entraîneur expérimenté, explique son choix pour rfi.fr.

RFI : Georges Leekens, qu’est-ce qui vous a décidé à accepter l’offre de la Tunisie ?
Georges Leekens : C’est toujours un honneur de prendre en mains une équipe nationale. Et j’ai certainement attendu assez de temps pour repartir. J’avais beaucoup de propositions à l’étranger et en Belgique. Mais, au final, plusieurs choses m’ont plu : le contact avec la Fédération tunisienne, le défi proposé. Le challenge est là. J’ai déjà assez d’expériences avec les équipes nationales ; avec la Belgique deux fois et l’Algérie. Entraîner une équipe nationale, c’est quelque chose qui me convient. J’ai les qualités, je crois bien, pour mettre en place un projet en Tunisie.

Vous reprenez du service dix-mois après votre dernière expérience d’entraîneur au FC Bruges. Entraîner vous a-t-il manqué ?
Oui. J’ai pris un petit peu de recul pour voir d’autres choses. J’ai effectué beaucoup de voyages à l’étranger. Mais c’est vrai que le football, ça te manque au bout d’un moment. Dès mardi (1er avril 2014), je retourne à Tunis. C’est le type de défi que tu dois relever. Diriger une équipe nationale, pour moi, ça reste le top.

Comment allez-vous travailler ? Allez-vous vous installer à Tunis ?
Oui. Je serai résident à Tunis, je pense. Je vais d’abord voir comment les Tunisiens travaillent, comment se passent les relations avec les clubs, rencontrer les joueurs. Concrètement, j’espère avoir une vision plus claire dans quelques mois. On verra alors ce qu’on doit garder et ce qu’on doit changer. Le but est évidemment de remettre la Tunisie sur la carte du football. Ça, c’est le plus important. J’ai déjà prouvé par le passé, que ce soit en Algérie ou en Belgique, que je pouvais mettre en place un programme.

Avez-vous déjà une idée des axes sur lesquels il va falloir particulièrement travailler ?
Non, parce que j’ai commencé à discuter avec le président de la Fédération il y a une semaine seulement. […] Il m’a proposé de signer un contrat de deux ans. En principe, on va essayer de travailler ensemble quatre ans, pour la qualification à la Coupe du monde 2018. Avant cela, il y aura la CAN 2015 au Maroc. Ce sont deux objectifs à atteindre pour refaire une santé au football tunisien. […]

→ (RE)LIRE : Le Belge Georges Leekens nouveau sélectionneur de la Tunisie

La Fédération tunisienne vous a-t-elle fixé un objectif minimum lors de la CAN 2015 ?
De gagner tous les matches ! Non, je rigole. Juste de faire en sorte que le football tunisien soit comme avant. Un Français, Roger Lemerre, est resté six ans (2002-2008) en place et il a fait du bon boulot. Maintenant, la Tunisie ne veut pas que des résultats. Elle veut aussi un football intéressant pour le public. […]

Que pensez-vous du cas Hamdi Harbaoui. C’est un buteur très respecté en Belgique, mais qui est exclu de l’équipe de Tunisie suite à des déclarations tapageuses après la CAN 2013. Doit-il revenir en sélection ?
Je viens de signer, donc on ne va pas se lancer directement sur ce sujet. Avec Harbaoui, je ne sais pas ce qui s’est passé. C’est trop tôt pour en parler. L’important, ce n’est pas l’individu, mais l’équipe, l’esprit d’équipe, la discipline, l’organisation au sein de l’équipe et autour de l’équipe. […] Je connais la Belgique, je connais Lokeren, je connais Harbaoui, je connais Fabien Camus, je connais tous les Tunisiens qui jouent en Belgique et en France. Maintenant, ce qui est intéressant, c’est de savoir quel est le niveau des joueurs en Tunisie. Je sais déjà qu’il y a de bons joueurs et de bons clubs en Tunisie.

Vous avez eu une seule expérience en Afrique. C’était en 2003 avec l’Algérie. Quel souvenir en gardez-vous ?
Je m’entendais très bien avec le président, M. Raouraoua. Ce dernier a d’ailleurs un bon contact avec le président de la Fédération tunisienne. J’avais qualifié les Algériens pour la CAN (2004 en Tunisie). Après ça, je suis resté ami avec le président de la Fédération algérienne. Cette expérience m’a bien plu parce que j’étais très respecté dans ce pays. Je m’y suis d’ailleurs rendu il y a quelques semaines pour une émission de télévision. J’ai été étonné par le respect auquel j’ai encore eu droit.

On vous annonçait aussi du côté du Togo. Est-ce vrai ?
C’est vrai qu’il y avait un certain intérêt. J’avais d’autres propositions dans des pays plus riches, comme le Qatar. […] Pourtant, j’ai dit directement "oui" à la Tunisie. En général, je prends quelques semaines pour regarder et analyser. Mais j’ai eu un bon feeling.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.