La Libye remporte le CHAN 2014 - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

La Libye remporte le CHAN 2014

media cafonline

Les Libyens ont remporté le CHAN 2014 en venant à bout du Ghana en finale samedi 1 février, au Cap, en Afrique du Sud (4 tirs au but à 3, 0-0 après le temps réglementaire). A l'issue d'un match insipide, les Chevaliers de la Méditerranée se sont imposés après une séance de tirs au but à grand suspens. Le Ghana perd pour la deuxième fois de son histoire en finale du CHAN.

Au bout du suspens. Le CHAN 2014 aura été remporté par la Libye à l’issue d'un match bien terne mais d’une séance de tirs au but étouffante. Favori avant la rencontre, le Ghana n’a pas assumé son statut et pourra se mordre les doigts de n’avoir pas pris plus le jeu à son compte.

La Libye a démarré le match en trombe en multipliant les occasions dangereuses. A la 3e minute, Ghannoudi allume une première banderille de 30m, mais son tir passe largement à côté du but ghanéen. Peu après, à la 6e, la Libye manque une occasion en or. Alors que la défense ghanéenne se troue complètement, Abushnaf se retrouve seul face au gardien qui repousse miraculeusement le danger du pied. Derrière, Al Ghanudi, surpris de voir le ballon lui arriver dans les pieds, rate complètement sa frappe. A la 13e, un joli une-deux libyen suivi d’un centre crée la panique dans la défense ghanéenne, mais le gardien Adams dégage en catastrophe.

Peu à peu, les Black Stars mettent le pied sur le ballon et tentent de poser le jeu. Mais la défense libyenne ne s’affole pas et reste bien en place, laissant le Ghana sans véritables solutions jusqu'à la pause.

Domination stérile

A la mi-temps, les statistiques reflètent la pauvreté du match: seulement une seule frappe cadrée (pour le Ghana). Les Blacks Stars ont le ballon (55% de possession de balle) mais leur domination est stérile. Le spectacle se trouve plus dans le public, très joyeux et festif, que sur le terrain.

Au retour des vestiaires, les occasions se font toujours aussi rares. La bataille du milieu fait rage, les deux équipes ont peur de se livrer. Les Libyens restent toujours impressionnants défensivement. .

A la 60e, le n°10 ghanéen Attobrah tente une belle frappe des trente mètres, mais le gardien libyen reste vigilant. A la 69e, un tir libyen est bien capté par Adams. En toute fin de rencontre, les Chevaliers de la Méditerranée ont une balle de match sur une belle contre-attaque, mais la finition fait toujours défaut (92e).

Mohamed Abdaula en héros

La première prolongation est sans éclat, les occasions se faisant extrêmement rares, mais la seconde période sera plus animée. A la 106e, un attaquant ghanéen se retrouve seul devant le gardien libyen mais sa frappe contrée passe à quelques centimètres des cages.

Réponse du berger à la bergère: à la 107e, énorme occasion libyenne. Abdesslem, oublié par la défense ghanéenne, se retrouve complètement seul à la réception d’un centre au point de penalty, mais sa tête manque de puissance et Adams effectue une belle parade.

Il était écrit que le vainqueur serait désigné aux tirs au but. Alors que la Libye inscrit tranquillement ses trois premiers tirs, le gardien libyen Mohamed Abdaula effectue deux superbes parades face aux tireurs ghanéens. On croit la séance déjà terminée... mais c’est au tour du gardien ghanéen Adams de se mettre en valeur et de repousser coup sur coup deux tentatives libyennes.

Après 5 tirs chacun, les deux équipes en sont à 3 partout. Mais alors que le sixième tireur libyen transforme en force son penalty, le Ghanéen se troue. Les Libyens peuvent lever les bras. Ils viennent d’accomplir un authentique exploit. De quoi redonner du baume au cœur à tout un pays.


 

Javier Clemente, sélectionneur de la Libye :
« Le foot est important pour les joueurs mais aussi pour tout le pays, à une époque un peu compliquée. C’est une grande victoire. […] (A propos de la finale) Les deux équipes ont fermé le jeu. C’est très difficile e marquer de buts avec un tel système. Les équipes n’ont pas eu beaucoup de jours de repos, avec 6 matches en 17 jours. »

Samuel Ainooson, défenseur du Ghana :
« Nous ne sommes pas déçus, parce qu’on a pas joué un bon football. Mais avec les penalties, c’est toujours la loterie. Même les meilleurs joueurs et les meilleures équipes peuvent perdre aux penalties. Nous acceptons donc cette défaite avec bonne foi. »

Propos recueillis par David Kalfa et Philippe Zickgraf

 

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.