CHAN 2014 : le Mali face à la muraille zimbabwéenne - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CHAN 2014 : le Mali face à la muraille zimbabwéenne

media cafonline

Le Mali affronte le Zimbabwe en quarts de finale du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2014), ce 25 janvier 2014 au Cap. La tâche des Maliens s’annonce difficile : les Zimbabwéens n’ont encaissé aucun but depuis le débout du tournoi. Ça tombe mal, car les « Aigles » manquent, eux, d’efficacité offensive.

De notre envoyé spécial au Cap,

L’équipe du Mali s’apprête à défier la meilleure défense du Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2014), ce 25 janvier 2014 au Cap. L’équipe du Zimbabwe, adversaire des Maliens en quarts de finale, n’a en effet encaissé aucun but en trois matches.

L'équipe du Maroc en sait quelque chose. Ses attaquants s’étaient cassé les dents face au mur Zimbabwéen (0-0). « On a commencé le CHAN contre cette équipe alors qu’on ne la connaissait pas bien, se souvient le sélectionneur des "Lions de l’Atlas", Hassan Benabicha. C’est une équipe qui défend bien et qui joue bien les contre-attaques. Surtout sur le côté gauche où il y a leur numéro 10 (Kudakwashe Mahachi) qui est un très bon joueur techniquement. » Le technicien marocain ajoute : « Le Zimbabwe développe un jeu d'anglophones. C'est-à-dire qu'ils jouent toujours de manière très directe. Par contre le Mali est une très bonne équipe techniquement, comme le Nigeria et le Maroc. Ce sont donc deux écoles différentes qui vont s’affronter. »

Une défense de fer…

Djibril Dramé, le sélectionneur du Mali, était déjà prévenu. « On a eu le temps d’étudier ce football zimbabwéen, assure-t-il. On sait que cette équipe a en son sein deux grandes individualités (Kudakwashe Mahachi et Masimba Mambare, Ndlr). Et que c’est une équipe très athlétique et très vivace, qui pose de nombreux problèmes sur le plan défensif parce qu’elle effectue un bon regroupement défensif ».

Cette défense de fer du Zimbabwe n’impressionne pas pour autant les joueurs maliens. « On ne s’attend pas à un match facile, mais chaque rencontre à sa réalité, lâche le milieu de terrain Idrissa Traoré. Les Zimbabwéens n’ont pas encaissé de but ? Nous aussi, on a encaissé peu de buts (trois en trois matches, Ndlr). Donc, on va tout faire pour déstabiliser leur défense. Elle est peut-être stable, mais nous, on marque des buts à chaque match ».

…contre une attaque en chantier

Reste que l’équipe du Mali a manqué d’efficacité lors de ses trois matches de phase de poules. Elle a gâché un nombre important d’occasions de but. « C’est le problème permanent de cette sélection malienne, admet Djibril Dramé. Quand on regarde notre préparation, puis cette phase finale, on constate que, nous aussi, on marque très peu. Alors qu’on se crée beaucoup d’occasions. C’est le dernier geste qui nous manque ».

Idrissa Traoré, lui, veut positiver. « Depuis qu’on est là, on fait beaucoup de travail devant le but, avance-t-il. A chaque match, on a des occasions. Le plus dur, c’est justement de se procurer des occasions. Si on arrive à les concrétiser, ça devrait aller. » Puis le pensionnaire du Djoliba conclut : « Il faut aller plus loin dans cette compétition pour gagner le respect. Depuis qu’on est là, on s’est fixé comme objectif de gagner le trophée. Si on doit passer par le Zimbabwe (sic), on le fera. »

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.