Guinée : Chérif Souleymane, légende d’une autre époque - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Guinée : Chérif Souleymane, légende d’une autre époque

media Le Ballon d'Or africain 1972, Chérif Souleymane, devant des jeunes Guinéens qui s'entraînent à côté du Stade-du-28-septembre de Conakry. RFI / David Kalfa

Chérif Souleymane est le seul joueur de Guinée à avoir été sacré Ballon d’Or africain (1972). Durant les années 1970, l’ancien attaquant du Hafia FC a été l’acteur majeur des plus beaux succès du football guinéen. RFI l’a rencontré en marge du « Tournoi de détection des jeunes talents » organisé à Conakry. Portrait d’une légende d’une autre époque.

De notre envoyé spécial à Conakry,

C’est une époque que les jeunes fans de Didier Drogba ou de Samuel Eto’o n’ont pas connue. Une période où le football guinéen brillait de mille feux. Une décennie, de la fin des années 1960 à celle des années 1970, où le Hafia FC de Conakry avait remporté trois Coupes d’Afrique des clubs champions (1972, 1975, 1977) et où la Guinée avait fini deuxième de la CAN (1976) sans perdre un seul match. Une ère glorieuse qui a coïncidé avec la carrière d’un homme : Chérif Souleymane, le seul joueur guinéen à avoir été sacré Ballon d’Or africain (en 1972).

Une légende en Guinée


Chérif Souleymane occupe le poste de Directeur technique national (DTN) au sein de la Fédération guinéenne de football (Féguifoot) depuis 2004. Tranquillement assis aux abords du Stade-du-28-septembre, il évoque avec plaisir le premier titre continental du Hafia en 1972, acquis à Kampala. « Quand on est arrivé à Conakry, une foule immense nous attendait » se souvient-il. « Imaginez-vous un retour après une victoire à l’extérieur. Les papas, les oncles, les enfants, tout le monde était là ! Les gens couraient derrière le bus qui nous emmenait vers le panthéon de la victoire ».

Une toute autre époque selon lui. « En 1972, pour la victoire à Kampala, on avait touché une prime de 40 dollars en tout et pour tout. Des jeunes qui voyagent aujourd’hui, même lorsqu’ils ne jouent pas, touchent 1 500 dollars. Pourtant, nous, on était fiers d’avoir ces 40 dollars. » Il ajoute : « J’ai été décoré chevalier de l’Ordre du mérite national. Ça me donnait la possibilité d’aller au palais de justice pour faire  libérer des prisonniers… Tout ça, ça n’a pas de prix. »

Chérif Souleymane n'a qu'un seul grand regret dans sa carrière de joueur : ne pas avoir gagné la CAN 1976. Une Coupe d’Afrique que le Maroc avait remporté en finissant premier d’une poule finale. « On était la meilleure équipe, assure le DTN. Quand on voit notre parcours pour arriver jusqu’à la poule finale… On avait battu l’Ethiopie sur son propre terrain. Ensuite, en poule finale, on avait pulvérisé l’Egypte 4-2. Même sans aucune défaite, on n’a pas eu la coupe… C’est cette CAN qui manque au palmarès du football guinéen ».

Dépité par le déclin du Hafia FC

Depuis, le football guinéen a connu un lent déclin, au grand dam de Chérif Souleymane : « On n’a pas obtenu de bons résultats ces dix dernières années. Certes, nous avons eu une locomotive qui a été l’équipe nationale A. Le Sily national s’est qualifié pour différentes Coupes d'Afrique mais elle ne les a pas gagnées. Dix ans sans victoire, dans le passé d’un pays amateur de football, c’est énorme. »

Même son club chéri, le Hafia FC, a connu les vicissitudes du temps avec une relégation en deuxième division, la saison passée. « Je ressens de l’amertume et un pincement au cœur, soupire-t-il. On aura beau dire, le Hafia est et restera toujours une grande équipe. Malheureusement, les dirigeants actuels n’ont pas su mettre en place des structures qui auraient permis au Hafia de rester au sommet. Je dis toujours que grimper n’est pas le plus important, que ce qui compte c’est de se maintenir au sommet ».

Un étudiant en architecture en ex-RDA

Son ascension à lui, Chérif Souleymane, l’a effectuée à travers un parcours original. Ce fils d’un chauffeur/mécanicien, né en 1944 à Kindia, part en effet en Allemagne de l’Est à l’âge de 17 ans, en 1962. « J’étais parti pour des études de plombier en montage de sanitaires, raconte-t-il. Mais j’ai changé d’option parce que j’avais plus facilement accès au football en tant qu’architecte ». A Neubrandenburg, le Guinéen empile les matches et se sent comme un poisson dans l’eau. « Je me suis vite adapté et j’ai rapidement appris la langue, souligne-t-il. J’ai appris à connaître l’Allemagne. Je me suis bien intégré et je me suis identifié aux Allemands. Aujourd’hui encore, je n’ai pas oublié leur langue ».

Chérif Souleymane commence à avoir une belle réputation, d’autant que la Guinée s’est qualifiée pour les Jeux olympiques de 1968. Il est pisté par des clubs allemands ou l’AS Saint-Etienne en France. Mais un transfert en Europe ne se fera jamais. Le joueur est retenu dans son pays, à cause d'un imbroglio politico-juridique. Officiellement, il n’en conçoit aucun regret : « Partir ne m’a jamais vraiment tenté, bien que j’ai reçu beaucoup d’offres. Pour la simple raison que j’ai appartenu à une bande de copains. Ensemble, on voulait réussir quelque chose. Si on avait quitté le Hafia à l’époque, ça aurait été une trahison. »

En 1980, Chérif Souleymane met un terme à sa carrière de joueur et embrasse celles de formateur et d’entraîneur. Il reprend également des études. « Mon papa n’a jamais voulu que je devienne footballeur, explique-t-il. Il voulait que je fasse de brillantes études et que je devienne un docteur ou un ingénieur ». Le Ballon d’Or africain 1972 ne sait pas ce qu’il serait devenu sans le sport. « J’aurais peut-être travaillé au ministère de l’Urbanisme et de la Ville comme architecte. Je n’aurais sans doute pas eu la même notoriété et la même personnalité. Je serais peut-être passé inaperçu en Guinée en tant qu’ingénieur-architecte. Le football a tout changé dans ma vie », conclut-il.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.