Vahid Halilhodzic: « j’ai une obligation morale vis-à-vis des Algériens » - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Vahid Halilhodzic: « j’ai une obligation morale vis-à-vis des Algériens »

media

Après son match gagné face au Bénin (3-1 à Port-Novo le 9 juin) et à quelques jours de la confrontation contre le Rwanda à Kigali, le sélectionneur de l’Algérie, Vahid Halilhodzic nous a accordé un entretien exclusif. Il revient sur les ambitions des Fennecs et sur la CAN 2013 qui a peut-être été l’électrochoc pour se relancer et réussir cette campagne de qualification pour le Mondial 2014. Deuxième partie.

RFI : Vous allez affronter le Rwanda dimanche prochain. Comment peut-on décrire le jeu de cette équipe ? Quelle sera la clef pour réussir une nouvelle performance ?

Vahid Halilhodzic : Comme la plupart des équipes africaines, le Rwanda joue un football très généreux, avec des jeunes qui sont fanatiques dans la récupération du ballon et peuvent parfois faire preuve de naïveté (sourire). Ce sera donc un match encore plus difficile que celui contre le Bénin. Et c’est un challenge pour mes joueurs. L’équipe d’Algérie n’a jamais gagné deux fois de suite à l’extérieur. Si on l’emporte, nous aurons fait un grand pas vers la qualification pour ce Mondial. J’ai visionné le dernier match du Rwanda contre le Mali et je peux dire qu’ils ont largement mérité ce nul. Même avec une expulsion à trente minutes de la fin, le Mali, qui a dominé, n’a pas réussi à les faire plier.  Lors de notre précédente rencontre, nous les avions battus et j’ai entendu dire qu’ils avaient du mal à accepter cette défaite.

Si vous qualifiez les Fennecs pour leur quatrième Coupe du Monde, vous allez devenir une icône en Algérie...

Vous savez, j’ai participé à la Coupe du monde en tant que joueur en 1982, ensuite, j’ai qualifié la Côte d’Ivoire comme entraîneur, sans pouvoir y aller. C’est pour cela que j’ai accepté ce challenge. Je crois que l’Algérie, c’est l'un des projets les plus difficiles de ma carrière d’entraîneur et je suis investi à fond. Faire plaisir aux supporters de l’équipe algérienne, des gens passionnés de football et qui soutiennent à fond leur équipe, me rendrait très heureux. Je ne dis pas que cela ne me flatterait pas d'être populaire en Algérie, mais je ne suis pas venu pour ça. Ce qui m’a amené à continuer avec l’Algérie, même après cet échec à la CAN, c'est la confiance renouvellée des supporters Algériens, mais aussi leur respect à mon égard : jamais dans la rue, un supporter n’a eu un mot déplacé à mon encontre. Je crois que j’ai une obligation morale vis-à-vis de ces gens et je ne dois pas les décevoir.

Vous étiez très blessé après la CAN ?

Oui. Nous avions énormément travaillé et nous étions parti en Afrique du Sud avec l’espoir de faire un beau parcours. Je crois même que nous n’avions pas eu de chance. Le dernier match contre la Côte d’Ivoire, on mène 2 à 0 et on rate un penalty et des occasions contre une des meilleures équipes du continent. Et finalement ils finissent par revenir au score et égaliser. Avec un peu de chance, et je ne parle pas de l’arbitrage, on aurait pu aller plus loin. La semaine dernière nous avons joué contre le Burkina Faso, finaliste de la CAN et nous les avons battus (2-0). Le jeu de l’équipe algérienne est désormais offensif et avec un bon attaquant, nous devons désormais réussir.

Sous votre ère, est-ce que l’on reverra Ryad Boudebouz avec le maillot des Fennecs ?

La porte n’est fermée pour personne. Je veux juste que l’on se comporte bien et que l’on respecte le règlement de l’équipe. Ryad Boudebouz est le bienvenu.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.