Le Blog de Claude Le Roy : la préparation à une CAN - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Le Blog de Claude Le Roy : la préparation à une CAN

media

La préparation de la RDC se passe bien mais a été chaotique au départ, à cause de problèmes de visas et d’arrivées. On était 8 au premier entraînement, puis 12, puis 19 et finalement 26. Heureusement qu’on est arrivés là (à Oman), dès le 2 janvier... Ça nous a donné du temps pour peaufiner la préparation. Celle-ci est déterminante. Il faut au moins une quinzaine de jours pour pouvoir bien se préparer. On n’a pas souvent l’occasion de se retrouver tous ensemble. Il y a tout un vécu qui s’accumule jour après jour et qui peut être déterminant.

Pour l’instant, on n’a pas de pépin. On a à notre disposition un ostéopathe de très grande qualité qui bosse avec notre staff médical. On est très attentifs. On multiplie les séances de stretching. On dispose maintenant d’outils de cryothérapie et de pressothérapie, ce qui se fait de mieux pour la récupération des joueurs. Ça rend d’ailleurs ces derniers assez fiers car ils retrouvent en équipe nationale la même qualité médicale que dans leurs clubs. Certains me disent parfois même que c’est mieux !

C’est très important pour les joueurs de se sentir choyés, d’avoir de beaux et nouveaux équipements, de voyager dans de bonnes conditions, des soins médicaux de haut niveau, un encadrement de haut niveau… Ça se joue sur tous ces détails l’harmonie dans une équipe nationale. Après, elle peut voler en éclat à la première ou à la deuxième défaite.

Pour ma part, je ne suis pas un grand partisan des matches amicaux avant la CAN. J’ai toujours pensé que ça faisait perdre beaucoup de temps dans la préparation. Avec un match amical, le résultat est important alors on ne fait pas grand-chose deux jours avant et deux jours après. Ça force à laisser de côté la moitié d’un effectif. Ou alors il faut changer l’équipe à la mi-temps si bien que certains ne jouent que 45 minutes. J’ai toujours préféré, du coup, les oppositions en internes ou les petites mises en place comme celle réalisée face à une sélection olympique d’Oman.

J’ai toujours bénéficié de préparation de qualité. Mais ça c’est parfois soldé par des déceptions. On avait fait une préparation formidable avec le Ghana avant la CAN 2008 disputée et on n’a fini que troisièmes. On aurait aimé et mérité être champions d’Afrique parce qu’on avait battu le Maroc, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la Guinée… On avait buté sur le Cameroun en demi-finale.

Au Sénégal, en 1992, on avait été éliminés en quart de finale alors que tout avait été mis en place pour qu’on soit dans les meilleures conditions. J’avais assumé cet échec en quarts.

De toutes les façons, c’est la compétition qui démontrera si on a bien fait les choses. Ce qui est sûr, c’est qu’on a énormément travaillé. Les joueurs (de la RDC) sont prêts. On verra le 20 janvier contre le Ghana s’ils sont plus prêts que nous.

Ils ont battu l’Egypte 3-0 et la Tunisie 4-2. Ils seront les grands favoris de cette compétition avec la Côte d’Ivoire. On va essayer de leur poser des problèmes ! »
 

Claude Le Roy est le sélectionneur de la République démocratique du Congo. Il va nous faire vivre sa CAN. Le technicien français va disputer en Afrique du Sud sa 7e compétition continentale après avoir dirigé le Cameroun (en 1986 et 1988), le Sénégal (en 1990 et 1992), le Ghana (en 2008) et la RDC déjà (en 2006). La RDC qui évoluera dans le groupe B à Port Elizabeth en compagnie du Ghana, du Mali et du Niger.

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.