Jamel Saihi: «Msakni ne doit pas trop s’attarder en Tunisie» - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Jamel Saihi: «Msakni ne doit pas trop s’attarder en Tunisie»

media

Jamel Saihi vit une saison pleine. Son club, le Montpellier HSC, est à la lutte avec le Paris-SG pour le titre de champion de France. Et le milieu défensif a disputé sa première Coupe d’Afrique avec la Tunisie. Malgré l’élimination en quart de finale de la CAN 2012, Saihi espère bien que les Aigles de Carthage reviendront plus forts en 2013. Pour cela, il glisse un conseil à son compatriote, Youssef Msakni.

RFI : En début de saison, si on vous avez dit que Montpellier serait à la lutte pour le titre de champion de France, l’auriez-vous cru ?
Jamel Saihi : Non, c’est sûr. Mais on savait qu’on avait des joueurs de qualité et qu'on pouvait faire une bonne saison. On a confirmé.

RFI : C’est quand même assez difficile à imaginer pour un club qui a fini 14e la saison passée.
Jamel Saihi : Oui, mais il ne faut pas oublier qu’on a passé une grosse partie de la saison parmi les cinq ou six premiers. On s’est relâchés en fin de saison, ce qui est dommage. Et des joueurs comme Henri Bédimo apportent beaucoup à l’équipe cette année.

RFI : L’expérience fait donc la différence cette année.
Jamel Saihi : L’expérience et la stabilité. Le groupe n’a pas trop changé. Les jeunes ont pris une année d’expérience. Avec les attaquants qui confirment, ça contribue à la bonne saison de Montpellier.

RFI : Vous sentez-vous aussi forts que les Lillois, les Marseillais et les Lyonnais qui sont derrière au classement ?

Jamel Saihi : Quand on voit le classement et le jeu produit actuellement… (Il hésite) Plus forts, oui, par moments. En tout cas, au même niveau. On l’a montré en allant gagner à Lille. On a obtenu de bons résultats contre les grosses écuries. A nous de ne pas nous relâcher, de continuer à bosser pour bien finir la saison.

RFI : Et par rapport au PSG, vous sentez-vous capable de suivre le rythme imposé par les Parisiens ?
Jamel Saihi : On joue au chat et à la souris avec les Parisiens, au classement. Un coup on est premiers, un coup ce sont eux. Mais on ne se prend pas la tête par rapport à tout ça. Ce qui nous arrive est exceptionnel. Il reste encore douze matches. On va prendre un maximum de points et on verra le résultat en mai.

RFI : Montpellier, un club familial, est-il l’anti-PSG selon vous ?
Jamel Saihi : Non. Paris est un très gros club et Montpellier est en Ligue 1 depuis trois saisons. On grandit petit à petit et sans brûler les étapes. On fait une super saison, il ne faudrait pas gâcher tout ça.

RFI : Quand le président du club, Louis Nicollin, vous présente comme un vrai Pailladin, l’âme du club en quelque sorte, cela vous touche-t-il ou trouvez-vous cela excessif ?
Jamel Saihi : Ça me touche évidemment. Il a un peu raison : je suis né à Montpellier et j’ai fait toute ma formation à Montpellier. C’est une grande fierté d’obtenir ces résultats avec mon club formateur.

RFI : Passer de Montpellier à l’équipe nationale de Tunisie, est-ce que ça a été un choc culturel ?
Jamel Saihi : Non, ça fait plusieurs années que je joue avec la Tunisie. J’ai joué avec les juniors puis les A. Tout s’est bien passé même si je n’ai pas grandi en Tunisie. Mais c’est mon pays d’origine et j’essaie de lui apporter toute mon expérience européenne.

RFI : Jouer en équipe nationale vous a-t-il rendu plus fort ?
Jamel Saihi : Je ne sais pas. Ça m’a sans doute fait progresser car on pratique un football plus physique en Afrique. L’équipe nationale est un plus quoiqu’il arrive.

RFI : Avez-vous digéré l’élimination de la Tunisie en quart de finale de la CAN 2012, face au Ghana ?

Jamel Saihi : C’est oublié. Je suis concentré sur Montpellier maintenant. Personne ne voyait la Tunisie en quart de finale. On a fait une bonne compétition même s’il y avait moyen de faire mieux. Maintenant, il y a une CAN 2013 et une Coupe du monde 2014 à préparer. Il y a de belles échéances. L’équipe est jeune et reste en reconstruction.

RFI : On dit qu’il y avait des tensions dans le groupe durant la CAN 2012. Confirmez-vous ?
Jamel Saihi : Des tensions, il y en a dans toutes les équipes. Quand des joueurs évoluent en Tunisie et d’autres en Europe, parfois ça se passe bien et parfois ça se passe moins bien. C’est le football. L’essentiel, c'est que tout le monde tire dans le même sens.

RFI : Qu’est-ce qui restera votre plus grand souvenir durant cette CAN 2012 ?

Jamel Saihi : La qualification pour les quarts de finale déjà. Même si les stades n’étaient pas pleins au Gabon, cette CAN 2012 a été une belle compétition. J’ai été surpris par la qualité des infrastructures.

RFI : Certains joueurs du championnat tunisien vous ont-ils impressionné durant cette CAN 2012 ? Ont-ils leur place en Europe ?
Jamel Saihi : Oui, il y a quelques joueurs de talent. Youssef Msakni a fait une bonne compétition. Il peut jouer en Europe. Mais il ne faut pas qu'il s'attarde, qu’il reste trop longtemps en Tunisie.

LA FICHE DE JAMEL SAIHI SUR MHSCFOOT.COM

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.