Hervé Renard : la victoire de la Zambie, «c’est un signe du destin» - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
Urgent

Le navire Sea-Watch entend forcer le blocus des eaux territoriales italiennes au large de l'île de Lampedusa, pour débarquer les 42 migrants bloqués à bord depuis 14 jours. «Ça suffit, nous entrons. Pas par provocation, mais par nécessité, par responsabilité», a annoncé l'ONG sur Twitter. Les relevés des sites de trafic maritime confirment que le bateau est entré dans les eaux italiennes.

Hervé Renard : la victoire de la Zambie, «c’est un signe du destin»

media Le Français Hervé Renard lors de la finale de la CAN 2012. REUTERS/Louafi Larbi

Hervé Renard a mené l’équipe de Zambie à la victoire finale en Coupe d’Afrique des nations de football. L’entraîneur français explique le sacre des Chipolopolo face à la Côte d’Ivoire par l’énorme force morale et mentale qui animait le groupe zambien durant cette CAN 2012.

RFI : Hervé Renard, que représente pour vous cette victoire?
Hervé Renard : Ca représente quelque chose d’énorme, quelque chose qui paraissait irréalisable avant la compétition. Puis, au fil des jours de préparation et de compétition, on s’aperçoit qu’il faut croire en nous. Je l’ai souvent dit : nous ne sommes pas les meilleurs. Mais on avait une force incroyable en nous durant ce tournoi. Ça a fait la différence. On a eu de la réussite. Mais je pense que pour réussir une Coupe d’Afrique, il faut de la réussite. Tout a tourné rond pour nous, ce soir.

*RFI : Vous aviez achevé votre séance d’entraînement, la veille, avec des tirs au but. Aviez-vous la sensation que cette finale pouvait s’achever aux tirs au but ?
Hervé Renard : J’avais dit qu’on pouvait finir un tournoi avec la meilleure attaque et la meilleur défense et ne pas remporter la coupe. On a travaillé les tirs au but, oui. Enfin, "travailler", c’est un bien grand mot. On s’est donnés confiance. En 2010, on avait été éliminés aux tirs au but par le Nigeria. Cette expérience nous a rendus plus fort dans les têtes. On savait ce qu’on voulait honorer (1). C’est un signe du destin. C’était inscrit en nous.

RFI : Comment avez-vous géré le drame de 1993 (1) pour qu’il galvanise vos joueurs et ne pèse pas sur leurs épaules ?

Tout sur la Coupe d'Afrique des Nations

Hervé Renard : On a eu de la chance parce qu’on est restés en Guinée équatoriale jusqu’à la demi-finale (face au Ghana). La seule possibilité de venir à Libreville, c’était de jouer la finale. La pression aurait peut-être été trop importante si on avait disputé tout le tournoi au Gabon. Mais je ne suis pas le mieux placé pour parler de ça car je suis en Zambie depuis 2008  seulement. Pour notre président de Fédération (Kalusha Bwalya), qui a échappé à cette catastrophe, on avait envie de faire quelque chose.

RFI : Les cris du public en faveur de la Zambie, en fin de rencontre, comment les expliquez-vous ?
Hervé Renard : Sans doute parce que les gens de ce pays se rappellent du crash aérien de 1993 (1). Certainement parce que nous n’étions pas favoris. On défend souvent les plus petits. Enfin, on a produit du jeu durant cette CAN 2012. On a osé parce qu’un joueur zambien ne peut qu’attaquer. C’est difficile pour lui de défendre. Mais c’est tellement plaisant de les regarder jouer malgré les petites erreurs tactiques… Leur talent compense beaucoup de choses.

Tous propos recueillis par DK

(1) Dix-huit joueurs zambiens sont morts dans un crash aérien, le 27 avril 1993, au large de Libreville.

Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

Republier ce contenu

X

Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.