Guinée : la recrue Abdoul Razzagui Camara s’affirme déjà - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Guinée : la recrue Abdoul Razzagui Camara s’affirme déjà

media Le Guinéen Abdoul Razzagui Camara face au Mali. REUTERS/Louafi Larbi

Deux sélections, un but, c’est le bilan d’Abdoul Razzagui Camara en équipe nationale de Guinée. A 21 ans, l’ailier gauche effectue des débuts convaincants avec le Sily national durant cette CAN 2012. Pourtant, le pensionnaire du FC Sochaux, né en Guinée mais élevé en majeure partie en France, a bien failli manquer la Coupe d’Afrique des nations. Portrait d’une recrue ambitieuse.

Il s’amuse, chambre, chahute au milieu des Pascal Feindouno, Ibrahima Traoré, Mamadou Diouldé Bah. Au lendemain d’une victoire face au Botswana sur le score très rare de 6-1, Abdoul Razzagui Camara effectue un décrassage entre titulaires au Stade d’entraînement de Moanda, dans les environs de Franceville.

Une séance tranquille, ludique entre vannes et éclats de rires. Vu la complicité, difficile d’imaginer que l’ailier gauche disputait seulement son deuxième match avec l’équipe nationale de Guinée, ce samedi 28 janvier 2012 au Stade de Franceville.

« Ça ne fait pas très longtemps que je connais les autres joueurs. Je me suis très bien intégré, on s’entend très bien », avance l’intéressé. « C’est un groupe qui vit vraiment bien et ça se voit sur le terrain », ajoute-t-il.

Cette entente et une grosse activité sur la pelouse lui ont permis d’inscrire son premier but en équipe nationale et de délivrer une passe décisive. A seulement 21 ans et pour une seconde sélection, c’est déjà une belle satisfaction même si le numéro 7 préfère retenir le résultat du match : « Après mon but, j’ai juste pensé à la victoire et au fait qu’il fallait en marquer le plus possible. Je voulais mettre mon équipe à l’abri. »

« J’ai cru que je n’allais pas jouer cette CAN »

Abdoul Razzagui Camara laisse éclater sa rage de vaincre face au Botswana. AFP PHOTO/PIUS UTOMI EKPEI

Pourtant, Abdoul Razzagui Camara a bien failli ne pas participer à cette CAN 2012 pour des raisons administratives. Né en Guinée, le joueur du FC Sochaux-Montbéliard a passé la majorité de sa vie en France. Il a joué en sélections françaises de jeunes avant de se retourner vers son pays de naissance, deux mois avant le début de la Coupe d’Afrique des nations. Restaient les longues démarches administratives à boucler.

En attendant un éventuel feu vert de la Fifa, l’attaquant a quitté ses partenaires de club pour un stage en Côte d’Ivoire avec le Sily national. « Lorsque j’étais à Abidjan, jusqu’au dernier jour, j’ai cru que je n’allais pas jouer cette CAN. J’étais même plus sûr de ne pas la jouer que d’y participer. » Finalement, la Fifa a donné son aval et la Fédération guinéenne ne peut que se féliciter d'avoir ramené le natif de Mamou en équipe fanion.

Quant au joueur, il jette un regard en arrière et vers la France sans arrière-pensées, ni regrets : « J’ai eu un certain parcours en équipes de France. J’ai joué avec les Espoirs. J’avais des choses à apprendre. Ce que j’ai appris, je l’apporte aujourd’hui à ma sélection. » Et la sélection lui apporte, en retour, une fierté : « C’était mon rêve étant petit de jouer avec le Sily. Je regardais jouer Titi Camara ou Pascal Feindouno. Et maintenant, je joue avec lui. C’est bizarre mais ça fait vraiment plaisir. »

Reste à prolonger ce plaisir au-delà du premier tour de cette CAN 2012. Pour cela, le Sily national devra sans doute battre le Ghana, le 31 janvier 2012 à Franceville. « C’est une grande équipe africaine mais on ne pense pas à l’adversaire, prévient-il. On va continuer à jouer notre jeu. » Pas impressionné, Abdoul Razzagui Camara glisse, ambitieux : « Le groupe est heureux aujourd’hui mais on sait qu’il y a une finale qui nous attend. »

De notre envoyé spécial à Franceville

Tout sur la Coupe d'Afrique des Nations

Chronologie et chiffres clés
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.