Issa Hayatou: « Je pense à raccrocher et à partir » - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

Issa Hayatou: « Je pense à raccrocher et à partir »

media Issa Hayatou défend avec habileté et conviction sa politique à la tête de la CAF. RFI/Christophe Carmarans

A l’issue d’une deuxième édition du CHAN qui lui a donné satisfaction, le Président de la Confédération Africaine de Football (CAF) a confié à RFI qu’il ne briguerait sans doute pas un nouveau mandat en 2013. Il s’est dit également stressé à l’idée que l’Afrique voie son quota de places diminué au mondial 2014.

propos recueillis par l'un des envoyés spéciaux de RFI à Khartoum, Eric Mamruth

Président Hayatou, quelles conclusions tirez-vous de cette édition du CHAN à seize équipes ?
Nous avons donné une coloration au CHAN en faisant en sorte que nos six régions soient représentées. A huit, c’était pratiquement impossible. Donc, il fallait absolument monter le nombre à seize pour permettre aux six régions qui représentent la CAF d’être présentes au niveau de la Confédération. Au niveau de la CAN, c’est un tirage au sort intégral. Une région peut amener six, sept ou huit équipes, selon son importance. Beaucoup de régions n’étaient pas souvent représentées au niveau de la CAN et nous voulions absolument faire en sorte que la fête soit continentale. C’est la raison pour laquelle nous sommes passés de huit à seize équipes, en donnant des quotas précis à chaque région. Je crois que c’est une très bonne formule et nous allons la maintenir.

C’est beaucoup de travail d’organiser une compétition à seize équipes. Le Soudan, n’avait pas accueilli de compétition depuis quarante ans, est-ce que vous êtes satisfait de la façon dont les choses se sont déroulées ?
Oui, au niveau de l’organisation, de l’engouement populaire et au niveau de tout, je crois que ce CHAN a levé toutes les craintes. On peut dire que cela a été un grand succès et je n’hésite pas à dire que je suis très satisfait de ce que nous avons pu vivre ici au Soudan.

Beaucoup de joueurs se sont quand même plaint des pelouses synthétiques ancienne génération ou de pelouses pas toujours en très bon état comme à Wad Madani. Est-ce que vous pensez que cela a nui à la qualité du jeu produit ici ?
Forcément cela a nui. Pour Wad Madani, c’est un manque de chance. Ils ont eu un retard dans la livraison du gazon synthétique. La première journée, je dois reconnaître que c’était même inquiétant. Mais après, ils se sont ressaisis. En dehors de Wad Madani, je trouve que les pelouses étaient bien. J’espère qu’à l’avenir les pays organisateurs auront des pelouses bien prêtes avant que les équipes arrivent dans le pays.

Le CHAN dure un mois, est-ce que cela a été facile de lui trouver de la place dans le calendrier ? Beaucoup de sélectionneurs se sont interrogés alors que l’on jouait le tour préliminaire dans les deux Coupes d’Afrique des clubs, ce qui les a empêchés d’effectuer une bonne préparation....
Il n’y a pas une meilleure préparation que les matchs ! Ils ont eu des matchs ici. Le tirage au sort a eu lieu il y a trois mois. Ils savaient que le CHAN devait avoir lieu au Soudan du 4 au 25 février. Ils avaient suffisamment de temps pour se préparer. Selon moi, ça, c’est un faux problème. Ils ont eu le temps nécessaire. Nous verrons à l’avenir mais nous pensons qu’il n'y a aucun problème de calendrier.

Vous ne voulez pas étendre ce CHAN aux expatriés africains, ceux qui jouent en Afrique mais hors de leur pays ?
Non, nous avons créé le CHAN justement pour fixer les joueurs. Beaucoup de joueurs qui n’ont pas trouvé de club en Europe sont revenus dans leur pays, dans l’espoir de venir s’exprimer dans le cadre du CHAN. C'est une politique délibérée de la CAF pour permettre aux joueurs qui évoluent au niveau du continent africain de pouvoir « vendre leur talent ». Ils sont nombreux ici les entraineurs venus superviser des joueurs. Il faut savoir que nous avons plus de cinq cents joueurs qui évoluent à l’étranger. Aucun continent ne connaît une saignée semblable à celle de l’Afrique, c’est dans cet esprit que nous avons créé ce CHAN.

Vous l’avez dit : il y a beaucoup de recruteurs ici. S’ils emmènent tous les Africains à l’extérieur, est-ce que cela ne va pas appauvrir encore davantage les championnats nationaux et le football local ?
C’est un dilemme. Nous voulons qu’ils restent mais nous voulons aussi qu’ils améliorent leur condition.

Qu’est-ce qui il est le mieux pour l’Afrique ?
Pour le football africain, le mieux c’est qu’ils restent. Mais pour eux-mêmes, c’est de partir pour pouvoir améliorer leur condition. Et nous n’avons pas le droit de refuser à un joueur de s’épanouir. C’est pour cela que je dis que nous sommes face à un dilemme. Mais néanmoins cela nous permet de stabiliser ces joueurs ici, de faire en sorte qu’ils jouent dans l’espoir de trouver une plateforme pour pouvoir s’exprimer au niveau international.

Un mot sur vous personnellement, est-ce que vous allez vous représenter comme président de la CAF ?
C’est un peu précoce d’en parler. Il reste encore deux ans et demi. Mais, je dis en toute sincérité, en ce qui me concerne, j’ai envie d’arrêter. [...] Parce que c’est contraignant. Ce n’est pas si facile. [...] J’ai 37 ans de carrière dans le football et c’est beaucoup. En plus, je suis à la FIFA, je suis au CIO, c’est très contraignant tous ces déplacements. On est tout le temps dans les avions, on est tout le temps stressé. [...] Regardez: cette semaine nous aurons à départager le nombre d’équipes qui doivent représenter les Confédérations à la Coupe du monde 2014 au Brésil. Je suis déjà stressé de savoir si l’on va nous redonner les six places que nous avions en Afrique du Sud ou bien si nous allons en perdre. Ce sont autant de choses qui pèsent sur les épaules du président ! Vous voyez le stress avec lequel j’aborde chaque matin le problème du football africain. J’ai 65 ans, je crois qu’il est temps que je pense à raccrocher et partir. Ceci dit, je ne sais pas ce que les Africains penseront de ça. Mais moi, personnellement, je voudrais partir, je vous le dis en toute sincérité. [...] Je suis sûr que tout se passera dans de bonnes conditions pour choisir mon remplaçant, un jour.

Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.