CHAN 2011: Le Cameroun, éliminé, sans solution face à l’Angola - Afrique foot - RFI

Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

CHAN 2011: Le Cameroun, éliminé, sans solution face à l’Angola

media

Le Cameroun a été éliminé du CHAN 2011 à l’issue d’un quart de finale fermé, ce 19 février à Omdurman. Les Angolais se sont qualifiés pour les demi-finales en remportant la séance de tirs au but 8 à 7 (le score après prolongation : 0-0). Ils retrouveront le Soudan le 22 février prochain.

Les Lions indomptables remâcheront longtemps ce quart de finale du Championnat d’Afrique des nations 2011 au Soudan. Les Camerounais ont été éliminés par l’Angola, ce 18 février à Omdurman, à l’issue d’un match très fermé.

Deux blocs compacts

En première période, les Camerounais et les Angolais ont de rares occasions mais manquent de précision dans le dernier geste. Julien Momasso profite d’un espace libéré par un appel et tire du droit mais sa tentative est trop croisée (14e). Celle de Patrick Abouna Ndzana, des 30 mètres, passe également à côté (24e). Les Palancas negras, eux, utilisent leur stratégie habituelle : attaquer sur les ailes et provoquer des coups francs, mais aucun ne met réellement Patrick Nyame, le portier des Lions, en danger. Les deux équipes sont en place et se neutralisent.

CAF/Orange

Avec deux blocs aussi compacts, le sort du match ne peut se déterminer que sur un détail, une erreur ou un coup de pied arrêté. Alors Joao Pinto Martins et Geraldo Quiame multiplient les débordements sur le flanc droit, mettant Abouna et Momasso en difficultés. Ce dernier a une petite opportunité à la 73e mais son tir est repoussé en corner et le coup de tête de Babanda qui suit file en sortie de but. A l’autre bout du terrain, Carlos Santana dévie du crâne la trajectoire d’un corner mais Nyame repousse le ballon (74e).

Et le tir de Sagong s’envole

Après ce petit temps fort, les deux équipes retombent dans leurs jeux stéréotypés avec une frappe lointaine et pas cadrée d’Abouna (75e). A force de déjouer, les acteurs du match se retrouvent en prolongation. Pour ne pas changer, Tambe Ashu et Arnaud Monkam sont maladroits devant le but et Abouna expédie un coup franc cadré mais pas assez appuyé (110e). Tout se joue donc lors de la séance de tirs au but. Osorio manque tout d’abord sa tentative, plaçant l’Angola en grand danger mais une parade manquée de Nyame sur une tentative de Love et un tir au-dessus de Geremi Sagong remet les deux pays à égalité 4-4. Jean-Paul Ekane manque finalement son penalty offrant aux Angolais la qualification 8 à 7. Les Palancas negras affronteront le Soudan, le pays hôte, en demi-finale, le 22 février prochain.

De notre envoyé spécial à Omdurman

Paul Bebey Kingue, capitaine camerounais (au micro d'Eric Mamruth) :
« Il y a beaucoup de deception ce soir car on croyait tenir notre qualification pour les demi-finales. Lors de nos matches précédents, nous avons beaucoup misé sur les coups de pied arrêtés. Ça n’a pas suffi aujourd’hui car c’était un jour sans. A vrai dire, la plupart d’entre nous n’étaient pas à leur meilleur niveau. La pression ne suffit pas à toute expliquer : on n’a pas découvert aujourd’hui qu’on allait jouer contre l’Angola. On était qualifiés en quarts depuis six jours. Peut-être qu’on a eu trop de repos et qu’on a trop attendu ce match. Ç’a peut-être perturbé certains qui n’ont pas été à leur meilleur niveau. »

Kali, capitaine angolais (au micro d'Eric Mamruth) :
« On a beaucoup souffert à cause de la guerre dans notre pays. On a donc l’habitude de souffrir. Bien sûr, je ne veux pas souffrir comme ce soir à chaque fois. On a livré une prestation supérieure. On a été bien concentrés, impeccables. Bien sûr, on a manqué des occasions de plier la partie. Tout le monde disait que cette Cameroun était favori avec ses cinq buts marques, zéro encaissé et trois victoires au premier tour. On est venus avec notre humilité et ce n’est pas la chance qui a fait la différence. C’est le travail. »


Chronologie et chiffres clés
Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.